L’amour de soi

L’amour de soi passe par le respect de soi  » je me respecte, je respecte mes valeurs et je fais en sorte que je sois respecté(e) et que mes valeurs soient respectées. »

Il est maintenant reconnu que pour aider les autres, il est important de m’aimer d’abord et d’aller bien.

Pour m’aimer, j’ai besoin de me comprendre, de comprendre comment je fonctionne, quels sont mes codes dans ma vie familiale, sociale et dans ma vie professionnelle, quels sont me besoins.

Et donc pour savoir ce dont j’ai besoin, je vais regarder ce qui me nourrit, ce qui va me permettre de remplir mon réservoir, d’énergie et d’amour, et aussi d’accepter de recevoir pour pouvoir mieux donner de moi, de mon temps, de mon énergie.

Je ne peux pas aider les gens si je ne suis pas bien. Je peux aider mon entourage, ma famille, mes amis, mes collègues quand je suis bien, quand je vais bien ! C’est-à-dire quand mon réservoir d’amour, d’énergie est plein ! Un réservoir vide apporte de la fatigue, de la déprime, une dépréciation de soi et un repli sur soi. Et à l’inverse un réservoir plein procure de l’énergie, de la confiance en soi, me fait me sentir aimé(e) et permet le don de soi.

L’amour de soi c’est m’accueillir avec mes qualités et mes défauts. Facile à dire, moins facile à faire ! En prenant le temps de m’observer, de faire une analyse objective des mes qualités et de mes défauts, je me rends service. Sans jugement, sans mensonge, sans orgueil et sans déni. Un regard juste sur moi. Pour cela, une aide extérieure et bienveillante peut être utile.

Ainsi, je peux accepter d’être unique, d’arrêter de vouloir me conformer à l’image que la société attend de moi. Je suis ! Et c’est déjà bien assez. Pas besoin de faire plus pour être plus ! Je ne suis pas ce que je fais, mais mes actions peuvent parler de moi. Etre vrai dans ce que je fais, dans ce que je dis c’est aussi ça me respecter.

Ainsi, en arrêtant de vouloir être comme, je deviens moi !

Il est alors plus facile de faire ce qui est bon pour moi. Comme savoir dire non, oser dire non, oser dire un vrai oui !

Je peux alors décider de changer ce qui peut l’être si cela ne me correspond plus. Changer mon lieu de vie, changer ma décoration, changer mon alimentation, changer de loisirs, changer de voie professionnelle, changer mes comportements, décider de me faire aider pour guérir mes blessures pour arrêter de reproduire des schémas douloureux…

Ce qui est bon pour moi maintenant, ne le sera peut-être plus dans 5 ans, je choisis d’accepter ces changements dans le temps, pour mieux vivre chaque instant, sans pression. Enfin, avec moins de pression ! Car certaines décisions peuvent mettre beaucoup de pression, ou nous nous mettons beaucoup de pression face à des situations qui nous paraissent infranchissables telle une grande montagne, alors qu’en réalité c’est un petit vallon à franchir.

Je peux garder en tête qu’une bonne décision c’est celle qui me correspond à l’instant t, demain sera un autre instant t avec d’autres variables, d’autres contraintes, d’autres envies… Et c’est juste !

Dans ce cheminement intérieur, j’ai besoin d’être écouté(e). Ecouter c’est se mettre à l’écoute de l’autre, celui qui se livre, celui qui a besoin de se dire, sans jugements, sans l’interrompre, sans chercher à répondre, sans rebondir sur mon histoire de vie, avec des silences, avec des rires, des larmes, avec patience, avec bienveillance. Etre écouté(e), c’est pareil mais en sens inverse. Et là, il n’est pas toujours facile de trouver une bonne écoute. Mes amis, ma famille, mes collègues, malheureusement, ne sont pas tous doués pour bien écouter. Cette écoute je peux la trouver auprès d’un professionnel dans l’accompagnement, ou dans la thérapie individuelle ou de groupe.

L’amour de soi c’est être un(e). Etre un(e) c’est habiter mon corps, c’est être à son écoute, se mettre en mouvement, être aligné(e). Je suis un tout. Me mettre en mouvement m’aide à libérer et à fluidifier mes pensées. Le mouvement m’aide à rester en bonne santé.

S’aimer soi-même c’est accepter les hauts et les bas, les moments de joie comme les moments de tristesse. La différence après ce cheminement intérieur, c’est que je serai mieux équipé(e) pour affronter les difficultés de la vie, pour rebondir après les coups durs, pour réagir de manière plus adaptée face aux situations qui se présentent à moi. C’est devenir résilient !

S’aimer pour être libre, et s’offrir une infinité de possibles !
Photo de Abhiram Prakash sur Pexels.com

Je suis écouteuse, je suis accompagnante, et je peux vous aider à faire ce chemin intérieur ! Parlons-en ensemble, appelez-moi !

Je vous souhaite beaucoup d’amour !

Magaly

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :